L'âge de pierre

Nous sommes au milieu de l’antique Gaule, Bruxelles n’existe pas.
La région est boisée et très marécageuse. Quelque peuplades sauvages y vivotent dans des huttes de torchis. Les hommes et les femmes sont vêtus de peaux de bêtes, possèdent de très rudimentaires outils, mangent ce qu’ils trouvent : du gibier, des racines, des poissons ; leur vie est rude, difficile et courte.

Au sud de ce qui, bien plus tard, sera Bruxelles coule un ruisseau qui, bien plus tard aussi, sera appelé la " WOLUWE ". Il coule le long d’une vallée, plus ou moins large, jadis envahie par la mer (on y trouve encore des débris de coquillages), et y déborde souvent. Les inondations ne datent pas d’aujourd’hui !

Ces débordements rendent toute la vallée très humide, elle est pleine de marécages et de très nombreux étangs se créent le long de la rivière.
Cette région, peu prospère à l’époque, s’étend depuis ce que nous appelons aujourd’hui les communes d’Audergem, Watermael-Boitsfort, Woluwé-St-Pierre, Woluwé-St-Lambert jusqu'à Evere, Kraainem, Zaventem, Diegem, Vilvorde etc…

Un gué permet le passage à Watermael-Boitsfort.

Un second gué permet le passage de la Woluwe à Kraainem (Viaduc actuel). C’est là que passe d’ailleurs la voie créée par les conquérants Romains et qui va de Bruges (port de mer à l’époque) jusqu’à Cologne, en passant par les endroits où naîtront plus tard les villes de Gand, Bruxelles, Louvain, Tongres et Liège. C’est là également que se trouve le confluent de la WOLUWE avec le ruisseau le MAELBEEK qui vient de Moorsel et Sterrebeek et qui, lui aussi, est bordé de marécages et d’étangs. La vallée du Maelbeek est également un zone à hauts risques d’inondations.

Cette situation relativement privilégiée fera de Kraainem un centre assez important pour le commerce local, l’agriculture et le ramassage de tourbe dans la vallée. La tourbe servait de combustible à cette époque. Plus tard, de nombreux moulins et quelques industries s’implantèrent le long de la Woluwe. La nature du sol argileux favorisa également l’implantation de briqueteries qui étaient nombreuses du côté de Zaventem et Nossegem, mais qui ont disparu après la dernière guerre, soit dans les années 50.