De plus en plus de sangliers repérés dans notre commune

Publié jeu. 18 janvier 2024
Vous avez repéré un sanglier à Kraainem ? Notifiez-le sur notre site web.

Plusieurs facteurs jouent un rôle dans la prolifération des sangliers en Flandre :

  • L’augmentation de leurs ressources alimentaires : cultures agricoles, déchets et glands.
  • Les changements climatiques : hivers plus doux et saisons de croissance plus longues.
  • Leur rythme de reproduction rapide : une laie peut jusqu’à deux fois par an donner naissance à une portée d’en moyenne six marcassins.
  • Le croisement entre des sangliers et des cochons domestiques, qui peut conduire à l’apparition d’une sorte hybride présentant une plus grande diversité génétique et une meilleure faculté d’adaptation.

Ces facteurs font que les sangliers colonisent de nouveaux territoires et donc aussi des zones urbaines et suburbaines où ils se retrouvent en contact avec les humains, ce qui engendre des conflits. Car malheureusement, ces animaux endommagent aussi les cultures et les propriétés privées. La commune de Kraainem collabore avec les communes voisines, la ZP WOKRA, les unités de gestion de gibier et les gestionnaires de terrains afin de maîtriser la population de sangliers.

Que puis-je faire en tant que particulier ?

Vous avez repéré un sanglier à Kraainem ? Notifiez-le sur notre page Internet www.kraainem.be/fr/forme/398/signaler-un-sanglier. Vous aiderez ainsi la commune à évaluer la situation et à prendre en toute connaissance de cause les mesures qui s’imposent.

Comment réagir lorsque vous rencontrez un sanglier ?

En principe, les sangliers ne sont pas dangereux. La plupart du temps, ils prendront rapidement la fuite en vous apercevant. Toutefois, les sangliers peuvent se montrer agressifs lorsqu’ils se sentent menacés ou que leurs petits sont en danger. Gardez donc vos distances, ne les acculez surtout pas et appréciez cette rencontre exceptionnelle. Il est essentiel de tenir les chiens en laisse dans les zones fréquentées par les sangliers. À la vue d’un chien en liberté, il existe en effet un réel risque que les sangliers le prennent en chasse. Et comme le chien a généralement le réflexe de se réfugier auprès de son maître, celui-ci se retrouverait alors face au sanglier. Une confrontation qu’il est préférable d’éviter…

Prévention des dommages : mieux vaut prévenir que guérir…

Les tas de compost accessibles et l’abandon de déchets dans les jardins et sur les parcelles boisées sont à éviter. Les écuelles destinées aux animaux domestiques ou aux chats errants doivent être rentrées la nuit ou vidées. Et bien sûr, ne vous mettez surtout pas à nourrir les sangliers : en émoussant ainsi leur instinct naturel, vous ne feriez que les encourager à rechercher encore davantage le contact avec les humains.

Si vous habitez dans une zone fréquentée par les sangliers, vous pouvez envisager de protéger votre jardin au moyen d’une clôture ou d’autres barrières physiques. Vous pouvez aussi installer un mannequin qui, en flottant au vent, effraiera les animaux et les dissuadera d’approcher. D’autres méthodes existent, recourant par exemple aux odeurs ou au bruit.

Vous trouverez des directives pour l’aménagement d’une clôture sur le site Internet natuurenbos.vlaanderen.be.

Informations utiles

Vous pouvez adresser vos questions spécifiques au sujet des sangliers au service de support régional de gestion des sangliers ANB/REBO (Regionaal Everzwijnbeheer Ondersteuning).

Téléphone : 02/553.12.69

Heures d'ouverture et contacts :

Équipe environnement

adresse
Avenue Arthur Dezangré 17
1950 Kraainem
tél.
02 719 20 60
adresse e-mail
milieu@kraainem.be

Lire plus d'articles