Cette nouvelles ne sont pas d'actualité!

Octobre, le mois international de lutte contre le cancer du sein

Publié lun. 19 septembre 2022
Le Gouvernement flamand organise une campagne de dépistage du cancer du sein pour toutes les femmes de 50 à 69 ans.

Chaque année, environ 6.000 femmes en Flandre apprennent qu'elles ont un cancer du sein. Il s'agit du cancer le plus fréquent chez les femmes.

Trois cancers du sein sur quatre surviennent chez les femmes de plus de 50 ans, et environ une femme sur cinq atteinte d'un cancer du sein finit par mourir de la maladie.

Quels sont les symptômes du cancer du sein ?

Les symptômes du cancer du sein peuvent être les suivants :

  • Un épaississement localisé de la peau d'un sein.
  • Un endroit douloureux dans un sein.
  • Un gonflement ou une douleur au niveau de l’aisselle.
  • Un mamelon duquel s'écoule un liquide aqueux ou sanglant.
  • Un mamelon qui s'est récemment rétracté.
  • Une éruption sur un sein ou autour d'un mamelon.
  • Une petite bosse ou fossette dans un sein.
  • Une décoloration de la peau.

Dans la plupart des cas, l'anomalie est si petite au début que vous ne la remarquez pas et ne présentez aucun symptôme. La mammographie, en revanche, permet de détecter une si petite anomalie.

Quels sont les facteurs de risque ?

Certains facteurs augmentent le risque de cancer du sein, mais les femmes sans facteurs de risque peuvent également en développer un.

  • L’âge : plus de 75 % de tous les cancers du sein surviennent chez des femmes de plus de 50 ans. Cependant, le cancer du sein peut également survenir à un plus jeune âge.
  • L’hérédité ou une prédisposition familiale : environ 5 à 10 % de toutes les patientes atteintes d'un cancer du sein ont un parent au premier degré atteint de cette maladie.
  • Avoir ou avoir eu un cancer du sein.
  • Avoir eu ses premières règles à un plus jeune âge (moins de 12 ans).
  • Être ménopausée à un âge plus avancé (plus de 55 ans).
  • Peu d'activité physique.
  • Surcharge pondérale pendant ou après la ménopause.
  • Utilisation d'hormones pendant la ménopause. (Le risque accru se limite à la période de l'utilisation. Dès que le traitement est arrêté, le risque diminue à nouveau.)
  • Certaines anomalies bénignes du sein.

Si un ou plusieurs de ces facteurs de risque s'appliquent à votre cas, cela ne veut pas forcément dire que vous développerez un cancer du sein. Cependant, un mode de vie et un régime alimentaire sains peuvent réduire le risque. Quoi qu'il en soit, il est important de prendre conscience de votre propre risque de développer un cancer du sein.

Vous avez une prédisposition familiale ou vous courez un risque accru en raison d’une affection génétique citée plus haut ? Prenez alors contact avec votre médecin traitant ou avec un spécialiste pour envisager un suivi adéquat.

Prévention du cancer du sein

Un mode de vie sain réduit le risque de cancer. Les mesures suivantes ont prouvé leur efficacité :

  • Faites du sport plusieurs fois par semaine et bougez au moins 30 minutes par jour.
  • Gardez votre poids sous contrôle.
  • Limitez votre consommation d'alcool à un verre par jour maximum.
  • Ne fumez pas.
  • Ne consommez pas plus de 500 grammes par semaine de viande rouge et de viande transformée.
  • Mangez suffisamment de légumes, de fruits et de fibres.

Même les personnes ayant un mode de vie extrêmement sain peuvent développer un cancer. Car si un mode de vie sain réduit le risque, il ne l'élimine certainement pas entièrement.

Détection précoce

Le cancer du sein se développe lentement. Au début, vous ne le remarquerez généralement pas. Vous ne sentez rien du tout. Si vous participez au programme de dépistage du cancer du sein, un éventuel cancer du sein pourra être détecté à un stade précoce. Plus le cancer du sein est découvert tôt, plus les chances de guérison complète sont grandes.

À Kraainem, 51,1 % des femmes faisant partie du groupe cible ont pris part au dépistage en 2020. Cela signifie que 48,9 % des femmes pour lesquelles la détection précoce du cancer du sein est indiquée ne se font pas examiner préventivement. 

Le dépistage ne peut pas empêcher le développement du cancer du sein, mais il permet de détecter et de traiter plus de cancers du sein à un stade précoce. Le traitement est donc souvent moins lourd ou moins agressif, tandis que les chances de guérison complète sont plus grandes.

Alors, qu’attendez-vous ?